Peugeot 508 Break [Video Test Drive]

Peugeot-508-Station-Wagon-05.jpg


Peugeot 508 Break – Si jusqu’à il y a 10 ans c’était le Station Wagon être le premier choix dans la famille, aujourd’hui cette fonction a été progressivement remplacée par les SUV. Pourtant, les maisons pensent encore à ceux qui recherchent le confort et le design d’un break, présentant des voitures au design vraiment captivant : du moins, c’est ce que tente Peugeot.

Nous sommes allés sur la côte du Portugal pour essayer le tout nouveau Peugeot 508 Break, une voiture qui est née pour être spacieuse et qui se positionne comme une concurrente de la Ford Mondeo, de la Volvo V60 ou de la Volkswagen Passat Wagon. Voyons comment ça se passe.


Peugeot 508 2022 à partir de 33 900 euros

Peugeot 508 Sport Engineered : alliance parfaite entre sportivité et technologie

Nouvelle Peugeot 508 Station Wagon : équipements et extérieur

Il y a trois paramètres clés pour cette nouvelle Peugeot : Active, Allure et GT, chacune avec ses caractéristiques et ses options. Tous ont cependant les mêmes caractéristiques que le 508 Standard : en fait vous retrouverez les mêmes prises d’air à côté des phares, la même calandre, le même lumière du jour griffe, désormais un signe indiscernable des nouvelles Peugeot : il est en effet également repris sur la nouvelle Peugeot 208.

Peugeot 508 Break

L’allure est globalement sportive, car l’avant pousse très bas donnant une impression de grande solidité. Mais la sportivité se retrouve aussi dans les phares très fins qui ils sont également standard dans la version de base. Cependant, si vous voulez le pack LED, il vous en coûtera 1 240 euros, qui sont inclus dans la configuration GT.

Avec 4,79 mètres le Station Wagon est 40 millimètres plus long que la berline. L’empattement reste cependant le même donc ces 4 centimètres profitent au coffre. Les jantes commencent à 16 et peuvent atteindre 19 pouces : naturellement les 16 sont de série, alors que sur la configuration GT nous testons les 18 sont de série – même si sur notre modèle elles sont en 19, ce qui coûte 570 euros de plus.

Dans le’mise en place de GLa sportivité est donnée par certains détails sombres, tels que les rétroviseurs noirs ou les rails de toit en noir brillant ; encore une fois, nous retrouvons un cadre noir autour des fenêtres, qui sont évidemment assombries. La ligne de toit est très dynamique, très sportive, mise en valeur par l’encadrement des vitres. Ainsi, même s’il s’agit d’une voiture familiale, elle a un look très dynamique et sportif.

Les détails sombres continuent également à l’arrière. La chose la plus originale est peut-être l’écriture Peugeot placé sous la lunette arrière de la 508 également assombrie, un détail qui crée un bon point de rupture à l’arrière de la voiture. Et puis la grande bande noire qui comprend les feux arrière, également noire et sur notre voiture équipée de la technologie Full LED, se démarque.

La liste de prix de la version de base de la Peugeot 508 Station Wagon avec moteur diesel de 130 chevaux commence à partir de 31 630 euros, prix qui le rend très compétitif.

Peugeot 508 Station Wagon : intérieur et équipements

Les intérieurs de la 508 sont également magnifiques, faits d’excellents matériaux, bien assemblés et bien organisés. Le soi-disant est maintenant inévitable i-Cockpit, présentée ici dans une version mise à jour qui laisse cependant toujours le volant très petit, très abaissé et qui « oblige » à regarder par-dessus le volant pour voir le tableau de bord, d’une manière complètement différente de la concurrence. Bien sûr, il faut un peu de temps pour s’y habituer, mais ensuite tout devient confortable et bon.

Peugeot 508 Break

En plus de deux porte-gobelets à tunnel central, sur le 508 il y a à la fois un petit compartiment à côté du levier de vitesses et le compartiment classique sous l’accoudoir. Il y a aussi des « poches » dans les portes, qui semblent un peu étroites mais qui ont en fait suffisamment d’espace. Là Peugeot 508 Break il est très bien équipé, ainsi que l’équipement de base Actif comprend un cockpit numérique de 12,3 pouces, un système Alerte traficla assistance de voie et le régulateur de vitesse aussi (pour n’en nommer que quelques-uns).

En plus du cockpit entièrement numérique, il y a aussi un écran tactile de 8 pouces ici au centre de la voiture (10 ”sur la version Séduire). Cependant, la seule façon de « remplir » cet écran est d’ajouter le navigateur 3D à la liste des options. Un des atouts de l’optionnel Systèmes d’aide à la conduite du 508 est le soi-disant Vision nocturne, un système équipé d’une caméra infrarouge détecte les êtres vivants devant le véhicule jusqu’à une distance de 200 mètres.

Confort à bord de la Peugeot 508 Station Wagon

Le 508 Station Wagon vous donne toujours le sentiment que vous avez tout sous contrôle. La direction c’est assez précis, et le travail combiné de la suspension et des freins c’est vraiment bien . Un peu pour revoir les trois modes de conduite, Éco, Sport Et Confort, qui honnêtement ne présentent pas de grandes différences entre eux. Les seules choses qui changent sont la suspension, qui s’assouplissent lorsque vous roulez en Confort, et le fait que la voiture donne plus d’essence si on roule en Sport. Mais, de toute façon, même si vous passez au Sport, la voiture ne passe pas du confort au sport.

Peugeot 508 Break

Le 508 Station Wagon offre 530 litres de volume de coffre maximum, avec les sièges arrière toujours debout, ils deviennent 1780 en abattant le canapé arrière, un résultat je dirais dans la lignée de la concurrence. L’espace intérieur à l’avant est très bon, avec une position de conduite toujours confortable, des sièges moelleux mais qui maintiennent toujours. Le siège reste un peu atypique, justement à cause de la position du volant, mais sinon la voiture est confortable même sur de longs trajets.

La question change derrière (du moins pour ceux qui sont grands comme moi ou Lars, donc un peu moins de 2 mètres) car le siège est étroit, il n’y a pas assez de place pour les genoux qui en fait ne peuvent pas rester derrière le siège. Il y a de la place pour la tête, mais la vue est un peu ‘coupée’ à cause du montant. Cependant, nous ne représentons pas la moyenne, donc si une personne de grande taille « normale » mène devant (disons jusqu’à 1,80) irait plus loin avec le siège, et par conséquent ceux qui sont grands pourraient être plus à l’aise.

Peugeot 508 Station Wagon : Motorisations et consommation

Il y a 5 moteurs différents disponibles pour la nouvelle 508 Station Wagon : deux moteurs essence 1.6 de 180 chevaux (le dernier protagoniste de notre essai) tous deux avec une boîte automatique à 8 rapports de série. Et puis il y a trois versions diesel, la plus petite étant un 1.5 de 130 chevaux avec boîte manuelle à 6 rapports ou automatique à 8 rapports, les deux autres étant des 2.0 diesel offrant 160 ou 180 chevaux avec une boîte automatique à 8 rapports.

Peugeot 508 Break

Dans notre test, nous avons le 1.6 essence de 225 chevaux et couple maximum de 300 n/m. Le moteur est couplé de série à une transmission automatique à 8 rapports et cet ensemble fonctionne très bien. La voiture se conduit d’une seule main (rassurez-vous, c’est une façon de dire…) elle est silencieuse, elle est facile à conduire mais en même temps elle donne assez de puissance même pour une conduite un peu plus sportive. Si vous souhaitez conduire de manière sportive, la transmission automatique à 8 rapports doit travailler dur pour délivrer la puissance que vous recherchez. Disons que, concernant le moteur, c’est la seule chose qui est un peu en demi-teinte.

Peugeot déclare une consommation de 5,7 litres tous 100 kilomètres. Bien sûr, lors du test, nous n’avons pas conduit de manière « normale » car nous avons dû nous arrêter pour filmer, etc. Mais il est également vrai que dans les moments de conduite, nous avons touché le 10 litres: la différence par rapport à ce qui a été déclaré est considérable.

Cependant, la maison du Lion travaille sur l’électrification de sa flotte donc il devrait y avoir une variante hybride rechargeable de la Peugeot 508, qui sera présentée fin 2019.

Tester en collaboration avec Lars Hoenkhaus

Rate this post
Table des matières
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Retour en haut