Codes OBD2 : qu’est-ce que c’est et comment les lire

Scanner-OBD.jpg


Les codes ODB2 sont des signaux que la voiture envoie pour comprendre l’origine d’éventuels dysfonctionnements. Sur les voitures modernes, il peut arriver que tout à coup le voyant check engine s’allumetout en conduisant. Un événement malheureux si vous êtes incapable de lire et de comprendre i Codes OBD. Ces derniers, contrairement à ce que l’on croit, ne sont pas si illisibles et il en faut très peu pour comprendre le problème sans avoir à perdre trop d’argent.

Si le voyant du moteur s’allume, il peut y avoir une variété de problèmes allant d’un allumage défectueux, du contrôle des émissions, du système de carburant et de la transmission. Cependant, vous ne connaîtrez peut-être pas les détails du problème tant que vous n’aurez pas déchiffré les codes OBD. Pour le faire, obtenez simplement un scanner OBD2 puis lisez cet article.

Pour lire les codes OBD2, vous avez besoin du scanner approprié

Avant de faire quoi que ce soit, il est bon de se rappeler de toujours garder le scanner OBD2 dans la voiture, un outil utile pour économiser du temps et de l’argent autrement. perdu dans les ateliers mécaniques. Il en existe plusieurs sur le marché et sur Amazon, qui diffèrent par leur prix et leurs caractéristiques, mais tous sont capable de diagnostiquer la panne.

Pour procéder à l’identification du problème, il faut chercher le port OBD2 pour utiliser le scanner : il s’agit d’un connecteur femelle à 16 broches qui s’adapte au scanner et qui peut être situé sous le tableau de bord côté conducteur ou au centre de celui-ci. Pour ce faire, prenez d’abord le manuel du propriétaire où le port OBD2 est toujours identifié. Une fois localisé, connectez-le au scanner OBD2.

Mettre le contact mais pas le moteur

Après avoir connecté le port au scanner, mettez le contact du véhicule mais ne démarrez pas le moteur. Ce faisant, le scanner OBD2 recevra une alimentation grâce à laquelle il communiquera avec l’ordinateur de bord de la voiture. S’il n’est pas alimenté, vérifier que la connexion est effective; si la connexion est correcte mais que l’appareil ne reçoit pas d’énergie, vérifiez si la prise OBD fonctionne.

Sur le scanner OBD2, il est nécessaire de saisir le numéro de châssis, le modèle et le type de moteur, afin que l’appareil rapporte les informations correctes. Vous devez ensuite naviguer à travers les codes signalés par le scanner, et généralement il y a deux options données par les codes actifs et les codes en attente. Les premiers dénotent en temps réel des codes ou des dysfonctionnements, précisément ceux responsables de l’allumage du voyant moteur. Les codes en attente, d’autre part, font référence à des erreurs qui n’ont pas encore provoqué l’allumage du voyant d’avertissement, et si ces erreurs se produisent encore, elles seront déplacées vers les codes actifs.

Interpréter le code

Après avoir compris les deux types de code, il faut apprendre à lire le premier caractère du code OBD2, c’est-à-dire celui qui indique la partie concernée du véhicule. Ci-dessous, les caractères qui apparaissent et que signifient-ils:

  • P – Problème dans le système de propulsion, qui peut être le moteur, la transmission, les émissions, l’allumage, la boîte de vitesses ou le carburant.
  • B – Indique un problème dans le système de carrosserie tel que les airbags, les sièges électriques, les ceintures de sécurité.
  • C – Problème de châssis tel que freins antiblocage, essieux, liquide de frein.
  • U – Problème dans le réseau tel que le câblage du bus ou UART.

Le second caractère permet cependant de comprendre s’il s’agit d’un problème générique ou dû à un défaut de fabrication. Ci-dessous les premiers caractères combinés avec le second selon la responsabilité soit du fabricant soit d’un défaut naturel :

  • P0 – Générique ;
  • P1 – Spécifique au fabricant ;
  • P2 – Générique ;
  • P30 à P33 – Spécification constructeur ;
  • De P34 à P39 – Générique ;
  • B0 – Générique ;
  • B1 – Spécifique au fabricant ;
  • B2 – Spécifique au fabricant ;
  • B3 – Générique ;
  • C0 – Générique ;
  • C1 – Spécifique au fabricant ;
  • C2 – Spécifique au fabricant ;
  • C3 – Générique ;
  • U0 – Générique ;
  • U1 – Spécifique au fabricant ;
  • U2 – Spécifique au fabricant ;
  • U3 – Générique.

Il faut alors comprendre ce que veut dire le troisième caractère, toujours un chiffre, spécifiques à la zone problématique :

  1. Défaut dans les systèmes de dosage de carburant ou d’air ;
  2. Défaut de l’injection de dosage d’air ou de l’injecteur de carburant ;
  3. Défaut dans le système d’allumage (mauvais allumage du moteur);
  4. Défaut dans le système d’émission tel que le convertisseur catalytique ;
  5. Défaillance des systèmes de contrôle de vitesse et de contrôle de ralenti ;
  6. Défaillance du circuit de sortie de l’ordinateur, telle qu’une défaillance de l’ordinateur interne ;
  7. 8, 9 – Défaut de transmission.

Enfin, les deux derniers caractères font référence au défaut exact : dans ce cas, les possibilités sont nombreuses et varient d’un véhicule à l’autre. Pour cela, si vous n’arrivez pas à identifier le problème vous pouvez entrez le code complet en ligne pour obtenir tous les détails de l’erreur.

OBD2 : les meilleurs scanners de diagnostic de 2022

—–

Pour recevoir plein d’actualités et des conseils utiles notamment sur le monde de l’auto et de la moto, sur les radars et sur comment se défendre contre les arnaques, vous pouvez inscription gratuite à la chaîne PifAuto sur Telegram. Nous vous invitons également à nous suivre sur Google News, cliquez ci-dessous pour vous inscrire gratuitement !

Actualités de Google

Rate this post
Table des matières
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *