Tesla Giga Canada a du sens : le ministre canadien met l’accent sur le nouveau « fournisseur de choix » de l’industrie automobile [Opinion]

volkswagen-mercedes-benz-canada-ev-battery-.jpg

Tesla Giga Canada commence à avoir plus de sens. Lors du tour d’horizon des actionnaires 2022, Elon Musk a annoncé que Tesla pourrait partager l’emplacement de sa prochaine gigafactory d’ici la fin de l’année. Musk a taquiné que le Canada pourrait être un endroit potentiel.

Pas plus tard que la semaine dernière, le ministre canadien de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, François-Philippe Champagne, a visité les installations de Tesla à Markham pour s’entretenir avec Tesla. La visite de Champagne a suggéré que Tesla Giga Canada a un certain potentiel pour se concrétiser.

Il y a deux raisons principales pour lesquelles le Canada serait un bon emplacement pour la prochaine giga-usine de Tesla. CDN semble être hyper concentré sur le développement de sa chaîne d’approvisionnement verte et la restauration de l’industrie automobile. De plus, la loi sur la réduction de l’inflation récemment signée encourage les constructeurs automobiles, qu’ils soient traditionnels ou en démarrage, à sécuriser les chaînes d’approvisionnement en Amérique du Nord.

Le Canada devient un « fournisseur de choix » pour les véhicules électriques

Récemment, Volkswagen et Mercedes Benz ont signé des accords distincts avec le Canada pour les matériaux de batterie de véhicules électriques.

L’accord de Volkswagen avec le Canada porte sur la fabrication de batteries durables, la production de matériaux actifs cathodiques, l’approvisionnement en minéraux critiques, etc. Il comprend également un bureau canadien pour PowerCo de VW, sa société de batteries. Par l’intermédiaire de PowerCo, Volkswagen prévoit de développer et de rechercher des batteries pour véhicules électriques et d’accélérer la production et le recyclage de cellules en interne.

L’accord du Canada avec Mercedes Benz semble plus ouvert. Cependant, il se concentrera sur l’amélioration des collaborations entre les anciens équipementiers et les entreprises canadiennes tout au long des chaînes d’approvisionnement des véhicules électriques et des batteries.

Le ministre Champagne a expliqué que les pourparlers entre le Canada et les deux constructeurs automobiles traditionnels ont commencé en mai lors de sa visite en Allemagne.

« Le Canada devient rapidement le fournisseur vert de choix pour les grandes entreprises automobiles, y compris les principaux fabricants européens, alors que nous faisons la transition vers un avenir plus propre et plus vert. En s’associant à Volkswagen et Mercedes, le Canada renforce son rôle de chef de file en tant qu’écosystème d’innovation automobile de classe mondiale pour des solutions de transport propres. Le Canada s’est engagé à bâtir une chaîne d’approvisionnement automobile et de batteries solide et fiable ici en Amérique du Nord pour aider le monde à atteindre les objectifs climatiques mondiaux », a déclaré Champagne.

La loi de réduction de l’inflation de 2022

VW et Mercedes Benz ont signé des accords avec le Canada une semaine après que le président Joe Biden a signé la Loi sur la réduction de l’inflation, et cela ne semble pas être une coïncidence.

La loi sur la réduction de l’inflation entrera en vigueur en décembre 2022, mais les constructeurs et fournisseurs de véhicules électriques ont déjà commencé à s’y préparer. Par exemple, les fournisseurs de batteries sud-coréens ont également commencé à se préparer à déplacer la production aux États-Unis. La loi introduit un nouveau système de crédits d’impôt pour les véhicules électriques avec un ensemble d’exigences spécifiques. Il comprend une exigence de batterie qui affecterait directement les constructeurs automobiles et les fournisseurs.

En vertu de la loi sur la réduction de l’inflation, 40 % des matériaux utilisés dans les batteries doivent provenir d’Amérique du Nord ou d’un partenaire commercial américain d’ici 2024. D’ici 2029, 100 % des matériaux utilisés dans les batteries doivent provenir d’Amérique du Nord ou de partenaires commerciaux américains ; sinon, les véhicules ne seront pas admissibles aux crédits d’impôt pour les véhicules électriques.

La loi affecterait les constructeurs automobiles comme Volkswagen. VW, par exemple, vise à pénétrer le marché américain des camionnettes avec un véhicule Scout tout électrique. Les crédits d’impôt pour les véhicules électriques aideraient les ventes de véhicules électriques de VW à l’avenir.

Les efforts de lobbying de Tesla taquinent une «usine de fabrication de pointe» au Canada

Et Tesla ?

Les données sur les carburants alternatifs (DOE) du département américain de l’énergie ont publié une liste de véhicules électriques éligibles au nouveau crédit d’impôt de 7 500 $ pour les véhicules électriques. Selon la liste du DOE, toute la gamme S3XY de Tesla sera éligible aux crédits d’impôt à partir du 1er janvier 2023.

Tesla ne s’est pas qualifié pour les crédits d’impôt pour les véhicules électriques depuis un certain temps puisqu’il a déjà atteint le plafond de 200 000 dans l’ancien système. La forte demande de voitures Tesla suggère que le manque de subventions ne nuit pas vraiment à l’entreprise. Mais les crédits d’impôt pour les véhicules électriques contribueraient à l’objectif principal de l’entreprise : accélérer l’avènement de la durabilité.

Tesla est devenu un leader dans l’espace et le marché mondial des véhicules électriques. Il a montré aux constructeurs automobiles traditionnels que les véhicules électriques sont l’avenir. Pour garder les équipementiers traditionnels motivés, Tesla doit continuer à aller de l’avant. Se conformer à la loi sur la réduction de l’inflation serait un bon moyen de garder les équipementiers traditionnels sur leurs gardes.

Tesla vise à produire 20 millions de véhicules par an d’ici 2030. Elon Musk a expliqué que Tesla aurait besoin d’une douzaine de gigafactories pour fabriquer 2 millions de véhicules par an et atteindre son objectif de 20 millions.

Actuellement, Tesla possède Giga Texas, Giga Berlin, Giga Shanghai et l’usine Fremont produisant des voitures. Il serait logique que Tesla choisisse le Canada comme prochain emplacement de sa nouvelle giga-usine compte tenu des exigences de la loi sur la réduction de l’inflation. En choisissant le Canada, Tesla pourrait produire plus de voitures et être admissible aux crédits d’impôt pour les véhicules électriques aux États-Unis, faisant d’une pierre deux coups.

L’équipe Teslarati apprécierait avoir de vos nouvelles. Si vous avez des conseils, contactez-moi au maria@pifauto.com ou via Twitter @Writer_01001101.

Tesla Giga Canada a du sens : le ministre canadien met l’accent sur le nouveau « fournisseur de choix » de l’industrie automobile [Opinion]



Rate this post
Table des matières
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page