Plus de 40% des Britanniques pensent qu’ils ne seront jamais prêts pour les voitures électriques

cartello-stradale.jpg


Crois ça seuls les Italiens sont réticents aux voitures électriques ? A force de dire « seulement en Italie » ou « il faudrait faire comme en… » on s’est sans doute convaincu qu’on est en queue de peloton dans tout classement concernant l’électrique. Mais au lieu de cela… nous sommes en bonne compagnie.

Oui, car au-delà des proclamations sur Le Royaume-Uni interdit la vente de voitures neuves et les camionnettes à forte intensité de combustibles fossiles à partir de 2030 et hybrides de 2035la réalité semble être différente.

Deux ans après la décision historique, tout le monde pensait que les Britanniques avaient eu le temps de s’informer et de réfléchir à une stratégie d’achat de voitures électriques. Mais au lieu de cela… nous constatons que beaucoup sont arrivés à une conclusion surprenante.

Les perplexités anglaises sont les mêmes que celles des italiens

Selon une récente enquête menée par Rivervale Leasing auprès d’un échantillon de 2 000 personnes, le 43,4 % estime que le Royaume-Uni ne jamais prêt pour l’ère des voitures électriques. En comparaison, seuls les 15,7 % des répondants ont répondu 2030. D’autres ont choisi 2040 (18,1%), 2050 (8,8%), 2060 ou même plus tard (14%) comme dates pour la transition du pays vers la route zéro émission.

Lorsqu’on leur a demandé « Pourquoi ne nous sentons-nous pas prêts pour les voitures électriques », les répondants ont souligné la coûts énergétiques élevésla coût plus élevé des véhicules électriques et lerecharger l’anxiété. De plus, l’absence d’un nombre suffisant de colonnes est une source d’inquiétude.

Il y a ceux qui se déclarent fidèles à l’essence et au diesel

Les Britanniques ont également déclaré que ils s’en tiendront à leurs voitures d’occasion à essence après 20230 pour 30% des interviewés, et au diesel pour 15%. Seuls 34 % ont déclaré qu’ils passeraient à une voiture hybride, tandis que 21 % des répondants au sondage ont indiqué qu’ils passeraient à un véhicule électrique.

La même recherche montre que dans le même temps, cependant, le nombre de nouvelles voitures électriques et hybrides rechargeables immatriculées au Royaume-Uni est en augmentation, tandis que les nouveaux véhicules à essence et diesel sont en baisse.

Arrêtons de dire « seulement en Italie »

Bref, le passage à l’électrique n’est pas si évident même face aux obligations et aux interdictions, et les questions que l’on se pose en Italie sont les mêmes que celles que l’on se pose à l’étranger. Les Italiens sont aussi sceptiques que les Britanniques, et nous sommes prêts à parier, comme beaucoup d’autres automobilistes dans les différents pays de l’UE.

—–

Nous vous invitons à nous suivre sur Google News sur Flipboard, mais aussi sur les réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter, Pinterest et Instagram. N’hésitez pas à partager vos avis et expériences en commentant nos articles.

télégramme

Rate this post
Table des matières
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page