Est-il vrai que les voitures électriques polluent moins que les voitures à essence ?

Inquinamento-auto.jpg


Les voitures sont vraiment des dieux produits polluants pour l’environnement? La réponse est oui, mais ce que nous devons comprendre, c’est à quel point ils sont réellement polluants.

Une voiture endothermique, celles fonctionnant à l’essence, au diesel, au méthane et au GPL que l’Union européenne entend remplacer progressivement par des voitures électriques et à hydrogène, est considérée comme ayant un impact tout au long de sa vie, de la production à l’élimination. Plus précisément, une voiture produit 10% de ses émissions dans le processus de production, 5 dans le processus d’élimination et le reste (85%) dans sa phase d’utilisation.

Cela vaut également pour les voitures électriques qui, si dans l’ensemble ils polluent près de la moitié par rapport à ceux à essence et diesel, ils ont la phase de production comme leur point le plus faible.

La voiture, un produit si complexe

Il n’est pas facile d’analyser tous les polluants qu’une voiture produit au cours de sa vie, car les émissions produites pour la récupération et transport de matières premières et ceux libérés lors de la transformation, pour la transformation des ressources en pneus, métaux, plastiques et autres matériaux qui composent la voiture. Et cela vaut également pour les électriques.

Une fois la production et l’assemblage terminés, la voiture doit être acheminée chez le concessionnaire, ce qui se fait généralement par cargos s’il s’agit de voitures importées, ou par camions si elles se trouvent déjà en Italie ou dans d’autres pays européens. Les camions et surtout les navires produisent une énorme quantité de CO2 lorsqu’il est utilisé.

Une fois retirées, les émissions d’échappement sont prises en compte (c’est-à-dire celles causées par le moteur en marche pour déplacer le véhicule), et celles « non issues de l’échappement », générées par la production, le transport et l’installation de nouveaux composants pour garder la voiture « saine » dans sa vie.

Conclut l’élimination, un processus qui divise les composants d’une voiture et les recycle en grande partie.

Production en faveur de l’endothermie, mais ce n’est pas suffisant

La production est déjà un processus assez percutant, avec 5,6 millions de tonnes de CO2 rejetées pour la production d’une voiture essence ou diesel (dont les 3/4 uniquement pour la carrosserie), qui s’élèvent à 8,8 dans la production d’une voiture électrique (données Ricardo Engineering), principalement en raison de la production de la batterie qui constitue le 43 % des émissions de production.

tesla modèle x autonomie de la batterie

Toujours Ricardo rappelle cependant qu’une voiture électrique est plus respectueuse de l’environnement tout au long de son cycle de vie, qui « repasse » sur l’essence et le diesel grâce à sa capacité à ne évidemment pas produire de CO2 lors de son utilisation. Si, en fait, une voiture familiale moyenne à essence produit 24 tonnes de CO2 tout au long de son cycle de vie, une électrique en produit 18. Pour ces voitures, en effet, près de la moitié de toutes les émissions produites (46%) proviennent du processus de production, et en particulier de la batterie.

Un bon chiffre, certes, qui pourtant résout partiellement le problème: que ce soit pour les voitures endothermiques, et surtout pour les voitures électriques, la difficulté sera de trouver des modes de production réellement à impact nul.

Émissions d’échappement

Bref, ça fait toute la différence l’absence de gaz d’échappement, qui, d’autre part, sont ce qui a placé les voitures à essence et diesel dans le collimateur de nombreuses institutions.

Bugatti Chiron Super Sport

La combustion de l’essence et du diesel contient des polluants tels que le dioxyde d’azote, le carbone, le benzène, le formaldéhyde et les hydrocarbures, piégés par le dioxyde de carbone qui crée ainsi une couche d’ozone au niveau du sol, empêchant la planète de se refroidir la nuit et de réchauffer les océans. Les différences entre les émissions d’une essence et celles d’un diesel sont peu nombreuses : le moteur à essence produit moins d’émissions pour chaque litre de carburant consommé, tandis que le diesel est plus efficace et consomme moins de carburant qu’une voiture à essence pour la même distance.

Les autres émissions

Ensuite, il y a les émissions qui ne proviennent pas de la combustion. Par exemple, le frottement causé par les freins libère des particules dans l’air, qui sont nocives ; tout comme l’usure des pneumatiques produit les mêmes composants, si bien qu’ils constituent 28% de microplastiques flottant dans l’océan selon certaines hypothèses.

Du côté des freins, dans ce cas également, les électriques bénéficient de la particularité du moteur électrique et de son freinage régénératif, ce qui réduit l’utilisation du frein. Côté pneumatiques en revanche, les manufacturiers eux-mêmes sont à l’œuvre, car sous pression, dans l’utilisation de matériaux plus verts dans la production de pneus neufs.

—–

Pour recevoir plein d’actualités et des conseils utiles notamment sur le monde de l’auto et de la moto, sur les radars et sur comment se défendre contre les arnaques, c’est possible inscription gratuite à la chaîne PifAuto sur Telegram. Nous vous invitons à nous suivre également sur Google News cliquez ci-dessous pour une inscription gratuite !

Actualités de Google

Rate this post
Table des matières
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page