Ford Mustang Mach-E : je vais vous dire pourquoi elle devrait s’appeler Mustang

Mustang-Mach-E.jpg


Moteur

Deux électriques de 361 ch

Autonomie

540 kmWLTP

prix

A partir de 50 680 €

La vogue des noms de voitures emblématiques qui se convertissent à l’électrique n’a pas épargné même la muscle car la plus appréciée de tous les temps, qui est devenue un coupé SUV et a pris le nom de Ford Mustang Mach-E. Contrairement à d’autres, cependant, pour le moment, il n’a pas remplacé la Mustang classique, mais la soutient en proposant une vision sans précédent. Est-ce que ça va nous plaire ?

Ford Mustang Mach-E : la recommanderiez-vous ?

avis de rouge-gorge

À mon avis, même avec des caractéristiques complètement différentes, la Mustang Mach-E parvient à transmettre des émotions lors de la conduite. Avant que les puristes n’interviennent, je précise que j’ai également conduit la merveilleuse Ford Mustang Mach 1, auquel cas, en ce qui me concerne, on entre dans une autre dimension et effectivement les deux voitures ne sont pas tout à fait comparables. Mais la Mustang Mach-E est parfaite si vous recherchez la conduite typique de Ford, donc sportive et amusante, déclinée dans un contexte qui permet d’avoir beaucoup d’espace d’abord pour les passagers, puis pour les objets et les bagages, avec une bonne autonomie globale qui en fait aussi un voyageur. Bref, à mon avis ça vaut le coup.

PRO

  • Expérience de conduite
  • Espace pour passagers et objets
  • Excellentes finitions
CONTRE

  • Affichage central trop grand
  • Absence de boutons physiques
  • Tronc sacrifié

Conception Mustang

Au niveau esthétique ce n’est pas un de mes préférés, en effet elle perd beaucoup par rapport au coupé Mustang. Mais en fait l’adversaire est difficile à battre, étant donné que la dernière génération du « voiture de poney« L’américain, d’ailleurs le seul importé officiellement en Italie, est vraiment beau. Non pas que ce SUV soit mauvaisen effet, il y a des éléments qui dénotent un grand soin et qui rendent hommage au coupé, comme un côté musclé et sculpté qui rappelle l’ancêtre grâce au choix de cacher les poignées dans les montants pour donner un look délicieusement épuré. Un autre attrait est le design avec un capot très allongé (et fonctionnel), et une queue courte et inclinée, que nous verrons sacrifie un peu l’espace du coffre. Encore une fois, les feux arrière avec des bandes verticales, dans ce cas avec l’ajout d’un élément horizontal ; et les avant qui rappellent la Mustang d’aujourd’hui, mais sont plus grands et plus larges. La calandre est couleur carrosserie, et est rappelée par un cadre noir : ici, cela me convainc franchement peu, et se fait mieux sur le Mach-E GT, où elle est entièrement noire.

Au-delà des préférences, cependant, il est évident que c’est une Mustang et retrace en quelque sorte son histoire. Laisse-moi expliquer. La célèbre muscle car Blue Oval est née dans les années 1960, à une époque où l’entreprise ne naviguait pas dans de bonnes eaux et avait besoin d’une voiture plus en phase avec l’époque qui pourrait retenir l’attention du public, et pour dire la vérité d’un public qui ne connaissait pas Ford à l’époque : les jeunes et les femmes. À l’époque, aux États-Unis, les muscle cars et les cabriolets étaient à la mode, et Ford propose une variation sur le thème avec quelque chose de plus petit et plus élégant que les Dodges et Chevrolets plus masculins de l’époque, et avec un toit ouvert, cela donnait l’idée du voyage. Dans la Mustang Mach-E, je voulais lire un objectif similaire : c’est le premier véhicule électrique définitivement mis sur le marché par Ford, et reprend la carrosserie la plus en vogue de cette période (celle du coupé SUV) avec le moteur qui, selon beaucoup, marque l’avenir, visant une nouvelle cible. Pas les inconditionnels de l’électrique, ni les puristes du V8, mais ceux qui veulent s’amuser, ont besoin d’espace et vivent et/ou travaillent dans les grandes villes.

L’origine Ford Performance, cependant, est immédiatement reconnaissable. Par exemple, les étriers de frein sont rouges et clairement visibles, et les jantes sont magnifiquement conçues. A l’intérieur, les sièges sont entièrement en cuir et comptent parmi les plus confortables que j’aie jamais essayés, du cuir qui recouvre aussi le tunnel central, les panneaux de porte et le volant, et toujours avec des surpiqûres rouges contrastées. L’élément central est le cheval Mustang : ici en effet le logo Ford n’apparaît jamais que sur les jantes, alors qu’à l’avant, à l’arrière, sur le volant et comme animation d’allumage il y a toujours un cheval que l’on connaît très bien. Un peu comme la 500, la Mustang est aussi une voiture iconique dont le nom vient encore aujourd’hui avant la maison qui la produit. Ensuite, je mentionne le système audio Bang & Olufsen (sur demande avec Tech Pack et Tech Pack +), désormais partenaire consolidé de Ford, qui joue ici un rôle central : en fait le tableau de bord est un seul haut-parleur B&O,mais vous pouvez aussi les trouver sur la porte et les panneaux arrière pour un total de 10. Le son est exceptionnel : écoutez du Rock, du Punk ou ce que vous préférez, et vous pourrez me dire.

Il y a le Frunk !

Je suis moins impressionné par le Écran tactile 15,5″ qui contient essentiellement toutes les fonctions, et est flanqué d’un écran plus petit derrière le volant où la vitesse et les différents ADAS actifs sont représentés graphiquement. C’est un choix un peu à la Tesla, qui rend certes les Américains fous mais ne me convainc pas. D’abord parce que l’écran a vraiment l’effet « collé », et il détonne un peu avec la planche de bord qui est au contraire très soignée. De plus, l’absence de touches physiques, à l’exception de celles du volant et du rotor de volume, est tellement gênante. Aussi parce que ces dimensions ne simplifient pas mais le rendent personnellement plus compliqué de trouver les fonctions.

Au-delà, le système d’exploitation est le toujours excellent SYNC 4.0, avec les mises à jour OTA également utiles pour améliorer la fonctionnalité de la voiture. Le système d’exploitation est fluide, bien réparti sur les écrans et possède des graphismes propres et clairs. Il prend également en charge CarPlay et Android Auto sans fil, mais en tout cas ceux qui souhaitent les utiliser par câble peuvent le faire facilement étant donné les deux réservoirs spacieux et antidérapants, juste en dessous qui permettent de contenir des smartphones de toutes tailles, et qui comprennent deux Les ports USB, un standard de type A et un plus petit de type C sont également un coup de foudre. Cela introduit une excellente disposition des espaces, avec un autre grand compartiment verrouillable sous l’accoudoir central, et ceux sur les panneaux de porte.

La capacité du coffre est un peu modeste pour la catégorie, en raison du facteur de forme de la voiture : 402 litres de capacité minimum, qui peut évidemment être allongé en rabattant les sièges arrière.

Cependant, il y a le Frunk pour y remédier, en ajoutant encore 81 litres de capacité : il s’agit d’un compartiment supplémentaire et plus petit sous le capot, une solution que nous avons déjà connue avec le Volvo XC40 Recharge, et qui sert à mettre des sacs à dos, des sacs et cependant petits objets. Pour moi, cependant, il est utile de mettre les câbles de charge, à la fois le domestique et le Mode 3, afin d’avoir tout l’espace arrière entièrement utilisable.

Un guide dynamique

La Mustang Mach-E mérite aussi de garder ce nom pour ses qualités de conduite. Commençons par le point sensible, qui est en fait un mérite dans le segment des SUV électriques : dans notre version avec une batterie plus grande, il pèse un peu moins de 2 200 kg, tandis que les versions avec une batterie plus petite pèsent 1900 kg. Chez Ford, ils ont vraiment fait du bon travail avec optimisation du poids, considérant qu’il n’y a pas d’autres SUV électriques de cette taille qui pèsent si « peu ». Et, en effet, il existe même des SUV thermiques de même gabarit qui sont plus lourds.

Évidemment, par rapport à la Mustang Mach-1, qui pèse 1 807 kg, la différence est notable, mais pas tant que ça. Au niveau de la perception, cette Mustang Mach-E fait encore mieux de ma Fiat 500e, qui pèse 1 200 kg mais se sent plus dans sa taille. Cela signifie assurer une expérience de conduite vraiment agréable : non seulement parce que la forme aérodynamique aide, mais aussi parce qu’une fois de plus, nous avons tous les éléments Ford Performance, à commencer par une direction précise qui ne déçoit pas.

Il existe trois modes de conduite : Active, Whisperer et Untamed. Le premier est celui qui est utilisé dans la vie de tous les jours, associé au One Pedal Drive qui peut être activé et désactivé à tout moment. Le dernier est celui qui apporte des émotions. On parle en fait de la Autonomie étendue Ford Mustang Mach-E AWD, puis celui à deux moteurs électriques avec 361 ch de puissance et 540 km d’autonomie déclarés (les vrais sont environ 400 ou 420). L’Untamed supprime tout frein sur les moteurs, pour une expérience formidable. Surtout dans les petites rues, pleines de courbes, on a vraiment envie d’appuyer sur la pédale et de tester son adhérence, ce qui comme toujours dans un « skateboard » électrique (avec batterie sous le plancher) est bien fait, vu le centre de gravité. À grande vitesse, il est planté au sol, et même lorsqu’il est pris gaiement dans les virages, il ne donne pas d’effet de déséquilibre ou de nausée. J’ai été vraiment impressionné.

Il n’y a qu’une chose qui m’a fait penser qu’à un moment donné chez Ford, ils sont revenus sur leurs pas : le bruit du faux moteur. Profitant des haut-parleurs B&O, en effet, la Mustang Mach-E promet de reproduire le son du V8. Évidemment, cela n’arrive pas, et on entend beaucoup dire que c’est un fake, avec un effet pas très agréable. Honnêtement, je n’ai pas compris le sens, aussi parce que ceux qui achètent un électrique regrettent rarement le V8 et sont conscients qu’ils sont dans un type de véhicule très différent, ils apprécient vraiment les qualités silencieuses typiques de ce moteur. Avec le recul, les Américains apprécient vraiment ces gadgets. Alors, peut-être, c’était simplement une question de satisfaire le goût d’outre-mer.

Prix ​​et équipements

La Ford Mustang Mach-E a un prix qui commence à partir de 50 680 euros pour la version à traction arrière avec un seul moteur de 269 ch et une batterie de 76 kWh et 440 km d’autonomie. Notre version est comme mentionné la AWD Extended Range, avec deux moteurs électriques de 361 CV et une batterie de 99 kWh pour 540 km d’autonomie, ce qui rend le prix de départ à 69 100 euros. Dans notre voiture étaient alors inclus :

  • Teinte Lucid Red à partir de 1 300 euros ;
  • Pack Tech+ à partir de 2 900 € (système B&O, verrière, et caméra 360°) ;

Pour un prix de tarif définitif de 73 300 euros. Ma version préférée, cependant, est la Mustang Mach-E à traction arrière avec moteur de 294 ch et batterie de 99 kWh, qui assure 610 km d’autonomie. Dans ce cas, nous parlons de 56 750 euros dans la liste.

—–

Pour recevoir plein d’actualités et de conseils utiles notamment sur le monde de l’auto et de la moto, sur les radars et sur comment se défendre des arnaques, c’est possible inscription gratuite à la chaîne PifAuto sur Telegram. Nous vous invitons à nous suivre également sur Google News cliquez ci-dessous pour une inscription gratuite !

Actualités de Google

Rate this post
Table des matières
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page