L’examen de la Seat Leon Sportstourer TDI avec essai routier

Seat-Leon-SportsTourer-curva-rotonda.jpg


Moteur

150 ch diesel

Échanger

Automatique DSG 7M

prix

A partir de 26 550 €

Le moment est venu de revoir le Seat Leon Sportstourer TDI. Oui, car la gamme de moteurs Seat Leon est vraiment large : elle couvre essence, diesel, deux moteurs hybrides – un Mild, l’autre plug-in – et, avec la variante TGI, aussi du méthane. Après avoir essayé le Mild Hybrid et le plus puissant de tous, le eHybrid à motorisation hybride, voici l’essai de la Seat Leon Sportorstourer TDI, version break à moteur Diesel TDI 150 ch et boîte automatique DSG à 7 rapports.

Seat Leon Sportstourer TDI : la recommanderiez-vous ?

Si je devais aussi essayer la dernière au méthane, je pourrais dire que j’ai essayé toutes les configurations de la Leon, une voiture qui, et ça je ne l’ai jamais caché, j’aime beaucoup partir du design. Bien que ma préférée reste la version à hayon avec motorisation eTSI Mild Hybridégalement avec 150 CV, je dois dire que j’ai également apprécié le Sportstourer diesel.

Le break reste la reine de l’espace, grâce au très grand coffre déjà de la configuration de base, et à l’empattement long qui permet d’être à l’aise même à l’arrière. Wagon + Diesel est la combinaison pour ceux qui voyagent beaucoup, tous les jours, et parcourt donc un très grand nombre de km par an. Je le recommande à ceux qui ont ce besoin, et qui doivent peut-être transporter souvent des objets encombrants, ou voyager en famille, sans toutefois renoncer au design juvénile de la dernière génération du segment C de la maison Martorell, selon une approche sportive et conduite dynamique.

PRO

  • Moteur silencieux et puissant
  • Capacité du coffre
  • Habitabilité
CONTRE

  • Affichage central non intégré au tableau de bord
  • Certains plastiques inférieurs trop durs
  • Peu de commandes physiques

Seat Leon Sportstourer TDI : quel espace !

Mon avis sur le design de la Leon est maintenant connu, j’en ai parlé plusieurs fois, donc je ne m’y attarderai pas : le diesel ne change rien au design, et il est disponible aussi sur la version FR, mon préféré. Entre autres choses, même le noir lui donne beaucoup et le rend non seulement sportif mais aussi particulièrement élégant et capable d’attirer l’attention. De plus, les leds avant et surtout les phares « D’un océan à l’autre » de l’arrière se démarquent encore plus.

Ce qui compte, dans le break, c’est que l’espace qu’il offre est du segment D : la voiture est très longue, avec une jolie ligne fluide, et derrière ça me fait, avec ma taille habituelle de 1,94m, asseyez-vous bien et confortablement devant et derrière. Devant, en déplaçant le siège, je peux étendre complètement mes jambes, et encore plus d’espace. Derrière, c’est vrai, je ne peux pas les passer, mais j’ai largement la place pour mes genoux et aussi pour ma tête. En 4 tu voyages très bienet aussi en 5, tant qu’il n’y a que deux « épaules » dans le groupe, dont l’une est le conducteur et l’autre le passager avant.

Il y a déjà beaucoup de bagages sur la Seat Leon Sportstourer TDI avec les sièges avant relevés : 620 litres la capacité minimale. Pour vous faire comprendre à quel point ça augmente en rabattant les sièges arrière, ce qui est aussi très simple à faire grâce aux leviers de coffre, il suffit de penser que je Je peux m’y allonger confortablement. Et c’est aussi une indication du plancher de chargement complètement plat. Avec elle, les voyages chez IKEA peuvent être amusants et vous pouvez même ramener à la maison un meuble de taille considérable.

Pour le reste, les intérieurs sont ceux du Leon, avec leurs forces et leurs faiblesses: ici j’ai apprécié une meilleure qualité de l’intérieur, avec moins de plastiques durs que les autres Leon que j’ai testées – qui subsistent encore, mais uniquement dans les zones basses.

Seat Léon

Même sur elle en revanche, je n’apprécie pas l’affichage central qui dépasse, il n’est pas intégré au plastique. Ici, d’ailleurs, il est également assez grand et se démarque donc. D’autre part, le cluster numérique, entièrement personnalisable, et aussi l’infodivertissement très intuitif à partir duquel vous vérifiez chaque aspect voiture, et qui est compatible sans fil avec Apple CarPlay et Android Auto.

Comment conduire

La vraie nouveauté de cette Leon est le moteur diesel, que comme mentionné je n’avais pas encore essayé. J’avais conduit la Seat Leon à hayon avec moteur Mild Hybrid eTSI, essence, toujours avec 150 CV, et je suis heureux que, malgré la taille plus grande, le Sportstourer ne manque de rien du style de conduite sportive typique de cette voiture. La voiture est en effet très réactive, avec une direction précise – entre autres, coupée bas dans cette configuration FR – et exploite très bien le Moteur diesel 150 ch.

L’accélération est aussi surprenante, et ceci malgré le fait qu’il n’y ait pas de supports électriques au moteur thermique. Le moteur reste silencieux à haut régime, et n’intervient même pas beaucoup aux redémarrages, tandis que la boîte de vitesses est fluide et intelligente, je ne l’ai jamais vue se coincer.

Pour un peu plus de sportivité, il y a aussi la possibilité de définir le changement séquentiel, simplement en déplaçant le petit levier de la DSG plus loin. Dommage que les autres modes de conduite ne se règlent qu’à partir de l’écran tactile : ça se fait vite, bon sang, mais peut-être avez-vous le bouton sur le volant ça aurait été plus immédiat. Aussi parce qu’il compléterait un volant bien équipé, avec les touches de volume, pour changer de morceau, pour activer les commandes vocales et même certains ADAS.

La visibilité est également très bonne, et je ne finirai jamais apprécier le capteur d’angle mort LED, placé à l’intérieur, sur le panneau de porte, au lieu de l’extérieur, la même LED qui s’allume alors en bleu dans l’obscurité, ou l’une des nombreuses couleurs disponibles, pour créer un bel environnement intérieur. J’apprécie également que la Leon vous rappelle de prendre vos clés et votre portefeuille une fois que vous avez fini de conduire, ce que les monstres comme moi apprécieront certainement.

Enfin, la consommation est également bonne : malgré la guerre qui lui est faite, le diesel s’avère une nouvelle fois être le meilleur choix sur les trajets autoroutiers et périurbains, avec une consommation moyenne également moins de 4,5 litres sur 100 km. Ce n’est pas une citadine, compte tenu de son gabarit, mais elle est confortable et silencieuse, et consomme peu.

Equipement et tarifs

La Seat Leon est disponible en 4 configurations : Style, Business, Excellence et FR, celui de notre test. Le prix du diesel de 150 ch, avec boîte manuelle à 6 rapports, commence à partir de 26 550 euros dans la configuration Style.

Notre version, haut de gamme en version FR avec boîte automatique DSG à 7 rapports, incluant le pack « Seat Full LED » et toutes les sécurités (mais sans toit panoramique), vient 35 045 euros, déduction faite des rabais et incitatifs offerts aux concessionnaires.

—–

Pour recevoir plein d’actualités et de conseils utiles notamment sur le monde de l’auto et de la moto, sur les radars et sur comment se défendre des arnaques, c’est possible inscription gratuite à la chaîne PifAuto sur Telegram. Nous vous invitons à nous suivre également sur Google News cliquez ci-dessous pour une inscription gratuite !

Actualités de Google

Rate this post
Table des matières
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page