Harley-Davidson Sportster Iron 1200 et Forty-Eight Special, le test QM

Harley-Davidson-Sportster-Iron-1200-e-Forty-Eight-Special-1.jpg


Introduit par Harley Davidson au printemps 2018, et disponible à partir de mai, le Sportster Fer 1200 Et Quarante-huit spécial les deux sont des évolutions de modèles déjà populaires de la gamme de petits blocs de Milwaukee, respectivement Iron 883 et Forty-Eight. Ils partagent Moteur Evolution à partir de 1202 cm3 avec boîte de vitesses à cinq rapports, échappements courts et filtre à air circulaire.

Le XL1200NS Iron 1200 comprend des roues de style Low Rider de 19 pouces et 16 pouces à neuf branches de 1978, une fourche de 39 mm avec soufflet, des repose-pieds centraux, une selle solo, un guidon relevé Mini-Ape de 8,75 pouces de couleur noir satiné, un petit pare-brise Vivid Black, Réservoir de 12,5 litres et finitions total black.

La Forty-Eight Special XL1200XS se distingue par ses jantes noires de 16 pouces avec des pneus de 130 et 150 mm, une fourche de 49 mm, un guidon Tallboy de 7,55 pouces en noir brillant, des accents chromés sur les échappements et la mécanique, des marchepieds avant, un siège abaissé et 7,9 -réservoir d’arachide de litre. Une caractéristique commune aux deux modèles est également le graphisme linéaire des réservoirs de style Seventies, inspiré de la période AMF mais revisité dans une touche moderne.

Harley-Davidson Sportster Iron 1200 : comment c’est

Harley-Davidson Sportster Fer 1200

Par rapport au modèle 883, les différences sont nombreuses, à commencer par le moteur qui offre plus de 30 % de couple en plus : 96 Nm à 3 500 tr/min contre 73 Nm à 4 750 tr/min. La position de conduite est également totalement différente, grâce au guidon de 222 mm de haut avec un recul de 165 mm qui, même avec une posture « poings au vent », conserve une excellente ergonomie, tout comme la selle unique Cafè, qui soutient le bas du dos. le conducteur et les repose-pieds centraux. Le carénage inspiré du style club (le style lancé par les American Motorcycle Clubs et rendu célèbre par la série télévisée Sons of Anarchy) abrite le phare et le câblage, ce qui rend le pont plus propre et est conçu pour soulager la pression d’air sur le torse.

Esthétiquement, la Harley-Davidson Sportster Iron 1200 se distingue par ses finitions noires étendues à la mécanique et au châssis, dans le pur style Dark Custom, à l’exception des caches tiges chromés et des caches poussoirs. Le graphisme qui orne le réservoir cacahuète de 12,5 litres s’inspire de l’époque AMF avec des rayures de différentes nuances, soulignant la ligne élancée. L’équipement de série comprend l’ABS et le système de démarrage sans clé Smart Security System. Elle est proposée à partir de 11 500 euros dans le coloris Vivid Black, 200 euros de plus pour les coloris Twisted Cherry et Billiard White.

Harley-Davidson Sportster Iron 1200 : comment ça se passe

Harley-Davidson Sportster Fer 1200

Malgré le guidon haut mini apehanger, grâce aux poignées arrière, la position de conduite du Harley-Davidson Sportster Iron 1200 est intuitive et confortable, et en même temps ne passe pas inaperçue. Grâce au centre de gravité traditionnellement bas, le contrôle du véhicule est optimal, malgré le poids de 256 kg en ordre de marche, qui est tout de même près d’un demi quintal inférieur aux modèles Dyna et Softails actuels. Par rapport au passé, on constate une amélioration globale au niveau des suspensions, même si l’amortisseur arrière à double abaissement à course réduite (41 mm), qui garantit une bonne stabilité, conserve une réponse un peu sèche.

La roue avant de 19 pouces et la roue arrière de 150 mm de large permettent des trajectoires précises et de bons angles d’inclinaison, limités uniquement par la garde au sol de 110 mm, il est donc assez facile de gratter les repose-pieds si vous vous laissez emporter. Grâce encore à ces mesures, la direction est plus réactive et le vélo plus agile et rapide dans les changements de direction.
Le moteur Harley-Davidson Sportster Iron 1200, également en version Euro 4, maintient un son discret; il offre le meilleur entre 2 400 et 4 000 tr/min, une caractéristique qui le rend amusant sur les parcours mixtes, sans avoir à intervenir souvent sur la boîte de vitesses. Ce dernier est nettement moins brouillon que par le passé même s’il garde la course un peu longue, alors que l’embrayage demande un peu d’effort.

Harley-Davidson Sportster Fer 1200

Inutile de trop tirer les vitesses, les Evo ne sont pas des moteurs nés pour tourner à haut régime, où ils manifestent des vibrations et une sonorité pas du tout agréable. Si vous voulez vraiment gagner en performances, puisque les Sportsters ne sont pas équipés de la valve AES (Active Exhaust System) montée sur les Big Twins, qu’il est possible d’exclure en la laissant ouverte, autant vous tourner vers les composants officiels Screamin’ Eagle catalogue pour améliorer l’admission, l’échappement et remapper l’unité de commande, en restant sûr.

Les freins sont en effet également améliorés et même en présence d’un seul disque avant, le diamètre de 300 mm garantit des distances de freinage limitées. L’action peut être modulée même si pour freiner de manière décisive il faut actionner le levier avec la même décision. L’ABS agit sans être invasif et surtout sans « sauter » en cas de surfaces légèrement irrégulières.
Iron 1200 est le Sportster adapté à ceux qui recherchent un véhicule à fort impact esthétique et amusant à conduire.

Harley-Davidson Sportster Iron 1200 : forces et faiblesses

Harley-Davidson Sportster Fer 1200

J’aime ça

• esthétique et finitions
• mécanique amusante
• manipulation facile

Ne pas aimer

• monoplace uniquement
• débattement de suspension limité
• disque simple avant

Harley-Davidson Forty-Eight Special : comment c’est

Harley-Davidson Sportster Forty-Eight Special

Variation sur le thème du bobber proposé par le modèle XL1200X Forty-Eight, présenté en 2010 et rapidement devenu un best-seller, la version Special adopte un guidon Tallboy d’une hauteur de 191 mm, ce qui rend le Forty-Eight Special confortable même pour les plus grands motards. Comme sur la Forty-Eight, les rétroviseurs peuvent également être montés à l’envers sur cette version.

Les deux versions partagent la mécanique et le châssis, avec la fourche de 49 mm de diamètre, les platines mid-glide anti-torsion, les amortisseurs rabaissés et les jantes alliage 16 pouces avec pneus 130/90 et 150/80, ainsi que la selle monoplace. et commandes avancées. , mais aussi des ailes réduites, un réservoir cacahuète, un filtre à air circulaire et des échappements « décalés », qui sur la Special ont des boucliers thermiques entièrement chromés et un design plus linéaire. D’autres différences concernent précisément les finitions.

Sur la Forty-Eight Special, les culasses sont noircies, mais en revanche les carters, y compris les carters primaires et de distribution, sont entièrement chromés. Les graphismes du réservoir changent également, inspirés du Sportster de 1974, au milieu de l’ère American Machine and Foundry, de 1969 à 1981.
Ces différences esthétiques n’impliquent aucun changement de prix. La Forty-Eight Special est également proposée à 12 700 euros pour le coloris Vivid Black, 200 euros de plus pour les coloris Billiard White et rouge métallique Wicked Red.

Harley-Davidson Forty-Eight Special : comment allez-vous ?

Harley-Davidson Sportster Forty-Eight Special

Par rapport à l’Iron 1200, la position sur la Forty-Eight Special change en raison du guidon inférieur avec un recul moins accentué et des repose-pieds vers l’avant. Le résultat est une posture légèrement plus chargée à l’avant avec une surface d’assise moins creusée. Sur route la roue avant de 16″ avec le pneu à épaulement haut typique des bobbers offre un bon maintien en virage et même une bonne réactivité de la direction dans les changements de trajectoire rapides avec un virage assez rapide, grâce au petit diamètre qui égalise les comptes avec la plus grande largeur.

L’inconvénient est moins de précision dans les virages à grande vitesse, avec quelques oscillations lorsque vous accélérez le rythme, ainsi qu’une légère tendance au sous-virage. En revanche, la stabilité sur les rapides est excellente, dissipant le mythe selon lequel les roues de petit diamètre sont moins « fermes » dans les lignes droites à allure rapide. Dans ce cas également, le freinage est plus que satisfaisant, amélioré par une plus grande empreinte de l’avant.

Dans les deux cas, ce sont des vélos bien finis conçus pour une conduite détendue et facile, également parfaits pour les débutants et pour ceux qui aiment les Harley avec un look essentiel qui rappelle le passé.

Harley-Davidson Forty-Eight Special : forces et faiblesses

Harley-Davidson Sportster Forty-Eight Special

J’aime ça

• détails dédiés
• le rapport qualité prix
• personnage

Ne pas aimer

• monoplace uniquement
• débattement de suspension limité
• faible autonomie

Harley-Davidson Sportster Iron 1200 et Forty-Eight Special

Rate this post
Table des matières
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page