Axa Insurance s’excuse d’avoir simulé l’incendie d’une batterie Tesla

Axa-Insurance-says-sorry-for-faking-Tesla-battery-fire.jpeg

Axa Insurance a présenté aujourd’hui des excuses pour avoir simulé l’incendie de la batterie de Tesla. Il y a quelques jours, l’entreprise avait pour mission de prouver que les batteries Tesla pouvaient prendre feu et a simulé un test sur la voie publique. Le test impliquait une Tesla Model S, de la pyrotechnie mais n’impliquait pas les pilesl’objet principal qu’ils essayaient de prouver prendrait feu.

Aujourd’hui, Axa a publié une lettre d’excuses indiquant qu’elle regrettait que l’édition de cette année des crash-tests « ait pu donner une mauvaise impression de l’électromobilité ou créer des malentendus ».

Axa a déclaré qu’il s’est engagé à améliorer la sécurité routière depuis plus de 40 ans et que ses crash-tests font partie de son travail de prévention pour éduquer le grand public. La société a ensuite déclaré que ses statistiques montrent que les propriétaires de véhicules électriques sont « responsables de 50 % de collisions supplémentaires causant des dommages à leur propre véhicule », par rapport aux conducteurs de véhicules à combustion traditionnels.

« Ils montrent également que les conducteurs de véhicules électriques puissants sont plus susceptibles de causer des dommages à leur propre véhicule ou à des véhicules tiers. C’est sur ces résultats statistiques que nous avons voulu attirer l’attention lors des crash-tests de cette année tout en présentant les dangers qui peuvent survenir lors d’accidents impliquant des voitures électriques », a déclaré Axa.

La société a déclaré qu’elle s’était rendu compte que ces tests particuliers auraient pu induire le public en erreur, en particulier toute personne qui n’était pas sur place pendant les tests et qui n’a pas pu assister aux tests à ses différentes étapes.

« Lors de la simulation d’un accident dans lequel une voiture électrique prend feu, nous avons dû prendre des mesures pour assurer la sécurité du public. Ainsi, la voiture d’essai n’avait plus de batterie et le feu a été démarré à distance. De plus, le crash test réalisé avec un modèle de la marque Tesla n’a pas causé de dommages au soubassement de la voiture susceptibles de déclencher un feu de batterie, contrairement à ce que pourraient laisser penser les images enregistrées. Cet essai n’a donc pas confirmé ce scénario d’accident. Nous aurions dû mentionner explicitement ce fait dans la communication suivant le test, notamment dans le communiqué de presse et dans les images fournies.

« Rétrospectivement, ce test destiné à illustrer un risque supposé aurait dû être conçu différemment. Nous avons précisé dans notre communiqué de presse que, selon les statistiques d’AXA Suisse, les voitures électriques ne sont pas plus sujettes aux incendies que les véhicules thermiques conventionnels. Néanmoins, il faut reconnaître que les images publiées donnent une impression différente lorsqu’elles sont sorties de leur contexte.

« Nous regrettons tout malentendu causé et nous nous en excusons. Nous allons réanalyser en détail les crash-tests de cette année, en tirer des leçons et les utiliser pour renforcer notre engagement envers la sécurité routière à l’avenir.

Mes 2,5 ¢

C’est bien qu’Axa s’approprie, ici, mais je trouve étrange qu’ils ne le fassent qu’après avoir été dénoncés par divers médias pour avoir simulé le feu de la batterie. Mes questions restent cependant toujours sans réponse.

Comment est-il légal pour une entreprise de tester ouvertement un véhicule de cette manière sur la voie publique ? S’ils étaient inquiets pour la sécurité, ils ne devraient pas tester et mettre le feu à des voitures dans des endroits où des innocents pourraient être blessés. Avaient-ils un permis ou une sorte d’approbation d’agence pour les tests ? Peut-être font-ils les choses différemment en Europe. Je ne suis pas un spécialiste des crash-tests. Je suppose que la NHTSA aurait sa propre installation de test qui est loin du public. Peut-être que je me trompe.

S’ils veulent faire ces tests de la bonne manière, ils doivent trouver un endroit sûr qui ne donne pas accès au public et y tester les véhicules électriques, avec les batteries dans le véhicule.

Remarque : Johnna est actionnaire de Tesla et soutient sa mission.

Vos commentaires sont importants. Si vous avez des commentaires ou des préoccupations, ou si vous voyez une faute de frappe, vous pouvez m’envoyer un e-mail à johnna@pifauto.com. Vous pouvez aussi me joindre sur Twitter @JohnnaCrider1

Axa Insurance s’excuse d’avoir simulé l’incendie d’une batterie Tesla


<!–

View Comments

–>

var disqus_shortname = « pifauto »;
var disqus_title = « Axa Insurance says sorry for faking Tesla battery fire »;
var disqus_url = « https://www.pifauto.com/insurance-company-sorry-for-faking-tesla-fire/ »;
var disqus_identifier = « pifauto-215607 »;

commentaires

Rate this post
Table des matières
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page