Hyundai Kona N : le bilan avec essai routier

Hyundai-Kona-N-anteriore-3-4.jpg


Moteur

2.0 T-GDI 280 ch essence

Échanger

DCT automatique à 8 vitesses

prix

42 500 €

Ils l’avaient anticipé l’été dernier, à l’occasion de la présentation de la i20 N et du reste de la gamme. Depuis quelques jours, nous avons mis la main au volant du nouveau Hyundai Kona N. Le dernier né de cette gamme désormais assez fournie : voici comment cela s’est passé.

Hyundai Kona N : le recommanderiez-vous ?

avis de rouge-gorge

Cela semble paradoxal, mais le Hyundai Kona N est mon préféré avec le Kona Electric, qui est exactement le contraire. Là aussi, cependant, j’ai trouvé des éléments très appréciables : un couple direct, l’espace à bord, la technologie. Ici, cependant, une esthétique résolument réussie, plus agressive et extrême est ajoutée, l’expression maximale de la nouvelle philosophie stylistique de la marque. Mais surtout, s’ajoute l’autre côté du plaisir de conduite, celui d’un moteur thermique brillant, capable de garantir une bonne consommation et de faire ressortir beaucoup de cran. La vraie valeur ajoutée, cependant, est la boîte de vitesses : rien ne pourra jamais reproduire le même plaisir d’une séquentielle aussi bien faite que celle-ci. Alors oui, je la recommande si vous cherchez une petite sportive, avec un look « SUV », une conduite racée et aussi beaucoup d’espace à bord.

PRO

  • Changement en douceur
  • Bonne consommation
  • Stabilité sur la route
CONTRE

  • Affichage non intégré au tableau de bord
  • Démarrage et arrêt sans réponse
  • Qualité de la caméra de recul

Hyundai Kona N : « ce n’est pas encore un autre Kona »

Je peux dire que j’ai essayé toute la gamme depuis le renouvellement du modèle : Kona 48 Volt avec boîte manuelle ; Kona 48 Volt avec transmission automatique; Kona hybride ; Kona électrique. Et maintenant, Hyundai Kona N. Ceci, cependant, est une voiture complètement différente. A commencer par l’esthétique, qui fait évoluer la ligne déjà sportive du Kona N-Line disponible pour le 48 Volt, avec un look très mauvais et délicieusement tamarro.

Hyundai Kona N

La teinte rouge est également remarquable « Enflammer le cadre», de série sur la voiture, et qui, entre autres, se marie bien avec les étriers de frein tout aussi voyants, en contraste avec les splendides jantes en alliage bruni de 19 pouces aux rayons très fins. Cependant, j’avoue avoir un faible pour le gris foncé »Chevalier noir« , Et aussi pour la couleur de lancement » Performance Blue « , à la fois pratiquement les seules options (coût 700 euros) dans une voiture qui, autrement, a tout de série.

Hyundai Kona N

Pour augmenter le contraste et la sportivité également la grande calandre introduite avec la mise à jour esthétique du Kona, qui a apporté le style musclé « Sensous Sportiness » au modèle, et qui est ici noir et nid d’abeille. Obligatoire, bien sûr, le « N » à gauche, qui apparaît également au centre des jantes à la place du logo Hyundai, et à l’arrière. Les ailes sont alors arrondies, les pare-chocs et bas de caisse, tandis que le grand aileron arrière avec la tout aussi nouvelle butée centrale de forme triangulaire est nouveau. Comment ne pas remarquer le gros double échappement, dont le bruit quand la voiture est à son apogée fait s’exclamer « De la musique à mes oreilles ! ». Et je dis cela en tant que propriétaire d’une voiture entièrement électrique.

Hyundai Kona N

Les personnalisations intérieures sont moins évidentes, cependant, il y en a. A commencer par la direction, encore une fois avec trois rayons mais celui du bas est plus étroit et est bruni, par rapport à l’autre Kona, et dispose de deux boutons dédiés qui activent respectivement le mode sport et le mode N, ainsi que le bouton rouge NGS. Les sièges sont plus rigides, en velours et très contenants, mais heureusement ils n’ont pas d’appui-tête intégré, pour que les individus de toutes tailles puissent s’ajuster à leur guise. La présence du frein à main mécanique est également louable, car clins d’oeil aux amateurs de drift – tant qu’ils sont effectués en toute sécurité et là où ils sont autorisés. L’habitabilité est typiquement Kona : une voiture étonnamment spacieuse, malgré sa taille compacte, qui privilégie le confort à bord, même à l’arrière, à la capacité du coffre, qui débute à 361 litres.

Hyundai Kona N

C’est toujours une Hyundai et, par conséquent, la technologie n’échoue pas. Derrière le volant le cluster numérique de 10,25 pouces, bien « enfoncé » de façon à être toujours visible, et avec une bonne résolution. Le graphisme change selon les modes, arrivant à celui inédit (sur la photo) du mode N. Au centre, l’écran tactile de 10,25 pouces, malheureusement pas intégré au tableau de bord e avec un revêtement noir brillant qui, à mon avis, détonne avec le reste du tableau de bord, parfaitement mat, et attire également les empreintes digitales: cependant, il existe la dernière version de Hyundai BlueLink, qui est généralement bonne mais la compatibilité sans fil avec Apple CarPlay et Android Auto est manquante. En revanche, le levier de vitesses est magnifique, à côté duquel se trouvent plusieurs boutons dont celui du Drive-Terrain Mode. La cuve pour accueillir le Smartphone, avec recharge sans fil, complète l’équipement. Au niveau de la connectique, rien ne change par rapport aux autres Kona.

Une véritable « trappe chaude »

La Hyundai Kona N est la voiture avec le bonne dose de goût tamarro, cependant, à un prix assez abordable (bien que cela soit très relatif). En tout cas, c’est une voiture »avoir besoin de vitesse“, Et en fait, cela ne me dérangerait pas de le trouver, et de le choisir, dans un futur chapitre de cette très longue saga vidéoludique. UN « trappe chaude« , Comme on les appelle, qui se place dans un vide étrange : en termes de taille, il pourrait rivaliser, par exemple, avec le Ford Puma ST, mais les performances sont comparables à celles d’un Focus ST, que j’ai testé à plusieurs reprises et aussi ‘il avec Moteur 280 ch. Bref, c’est littéralement unique, et je l’aime aussi pour ça.

Hyundai Kona N

Je pourrais m’asseoir ici et écrire sur les différents modes de conduite, d’Eco à Sport en passant par le N plus puissant, qui libère toute la puissance. Mais la vérité est que le Hyundai Kona N est une voiture agréable et, en effet, amusante à conduire, quelle que soit sa configuration. Il ne sent pas la moindre trace de sa configuration « SUV », car au contraire la présence sur route est grande, et à haute vitesse, et dans les courbes prises de façon enjouée, il reste stable comme je ne l’aurais jamais imaginé. Déjà en mode le plus silencieux, l’Eco, celui qui m’a permis une consommation moyenne de même 10 km avec un litre, est déjà très vif, et c’est amusant de le laisser faire tout seul, avec le silence, mais en même temps la reprise, qui servent dans la ville. La seule chose « négative », le Start & Stop : ce n’est pas le plus réactifet a également un comportement plus abrupt.

Hyundai Kona N

La plupart du temps, avec tout le respect que je dois à votre porte-monnaie, vous vous retrouvez à le conduire avec le N-Mode, peut-être dans la variante Custom, et de passer la vitesse en manuel pour utiliser les palettes métalliques derrière le volant, que j’apprécie d’être « mobiles » comme la direction. Ici, vous éteignez également la radio (elle n’est pas nécessaire), et vous commencez à profiter non seulement du moteur, mais aussi et surtout de la boîte de vitesses DCT à 8 rapports, avec sa fluidité qui, du moins, à mon avis, n’a pas d’égal . Ou plutôt, il y a ceux qui font mieux : la Hyundai i30 N, qui « gagne » évidemment pour son set-up inférieur. Bien sûr, avec un guide comme celui-ci et le pied constamment appuyé, il faut freiner pour rester dans les limites, et la consommation devient importante. En tant que passionné, c’est pourtant un sacrifice que je suis prêt à faire, afin d’emmener le Hyundai Kona N dans les plus beaux virages en épingle que nous offre notre pays, et pas seulement : dans ces rues, en effet, elle donne elle le meilleur d’elle-même.

Hyundai Kona N

Pas d’électrification, donc, pour cette voiture, qui reste l’une des rares à disposer d’un moteur purement thermique. Et, peut-être, pour elle, c’est mieux ainsi.

Des prix

Hyundai Kona N est vendu dans la seule version Performance, qui a tout de série, à 42 500 eurosauxquels s’ajoutent éventuellement les 700 euros des couleurs optionnelles.

—–

Pour recevoir plein d’actualités et de conseils utiles notamment sur le monde de l’auto et de la moto, sur les radars et sur comment se défendre des arnaques, c’est possible inscription gratuite à la chaîne PifAuto sur Telegram. Nous vous invitons à nous suivre également sur Google News cliquez ci-dessous pour une inscription gratuite !

Actualités de Google

Rate this post
Table des matières
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page